Alimentation

-->

 

MALADIES CHRONIQUES ET ALIMENTATION

De notre naissance à notre mort,nous nous alimentons tout au long de notre vie, en moyenne trois fois par jour.
L’alimentation a donc un impact vital sur tous nos systèmes de fonctionnement, notamment notre système immunitaire.

Hippocrate, il y a déjà 2000 ans nous disait « que l’aliment soit ton médicament ».

Les dernières découvertes scientifiques nous permettent maintenant d’observer que tout le monde ne peut pas manger la même chose.

Certains sont allergiques aux fraises, aux arachides, d’autres aux laitages et à d’autres substances. Le dépistage se fait par une recherche d’anticorps IgE sur les aliments suspects.
Ce qui est moins connu, se sont les intolérances alimentaires que l’on détecte en dosant individuellement le taux d’IgG spécifiques de près de 300 aliments dans le sang. On sait très bien que le système de défense déclenche une réponse immunitaire envers chaque corps étranger qui s’introduit dans la circulation sanguine. Les défenses développent des anticorps (les immunoglobulines) qui ont pour mission de neutraliser ces corps étrangers.

Certains aliments se comportent donc dans l’organisme comme des corps étrangers à éliminer. Souvent, on a du mal à établir un lien entre certains maux et les aliments que l’on a mangé.
Contrairement aux allergies alimentaires qui provoquent une réaction immédiate, celle de l’intolérance alimentaire n’est pas subite. Des jours peuvent passer sans que l’on ne ressente des symptômes précis. Comment imaginer que notre migraine, notre douleur articulaire, notre déprime, notre insomnie ou nos troubles intestinaux sont dus à ce petit morceau d’oeuf noyé dans le gâteau ou à ces biscuits apéritifs consommés il y a 3 jours chez nos amis ?

Saviez-vous que les problèmes de poids peuvent être une conséquence des complexes antigènes-anticorps et provoquer une rétention d’eau chez certaines personnes prédisposées ?
De nombreuses maladies auto-immunes, comme la polyarthrite, les rhumatismes et autres, peuvent être provoquées par des intolérances alimentaires. Ces affections se développent si les anticorps formés par l’organisme contre certaines protéines animales se retournent contre lui-même.
Les intolérances alimentaires sont de plus en plus fréquentes et peuvent se développer spontanément, au fur et à mesure de la vie d’un individu. Dès la naissance, le nourrisson peut déjà être sensibilisé vis à vis de divers aliments par l’intermédiaire du lait de sa mère.
Comment devient on intolérant ?

Ce domaine est encore mal exploré. On peut toutefois révéler quelques facteurs prédisposants à des intolérances :

    1. - une prédisposition génétique
    2. - une absence d’allaitement maternel ou un sevrage trop précoce
    3. - de mauvaises habitudes alimentaires entraînant un dysfonctionnement intestinal
    4. - la monotonie alimentaire ( on mange toujours la même chose )
    5. - une alimentation trop raffinée et trop transformée par l’industrie agro-alimentaire : l’ajout de nombreuses substances chimiques, telles que colorants, conservateurs, exhausteurs de goût etc., contribuent à détériorer le système immunitaire et à entraîner des réactions d’hypersensibilité,
    6. - la pollution de l’environnement et le stress,
    7. - des interventions chirurgicales lourdes
    8. - une grossesse et son accouchement ( le foetus se greffe sur l’organisme qui peut réagir en créant des défenses).


Vous pouvez donc être intolérant au gluten ou aux laitages sans trop vous en rendre compte pendant des années et ce n’est qu’à l’apparition de problèmes de santé que vous en prendrez conscience.

Sachez que l’on est très souvent « accro » aux aliments qui nous empoisonnent !

De nombreux psychiatres ont observés une régression des symptômes voire des guérisons sur des enfants autistes et schizophrènes en leur appliquant le régime sans gluten et sans caséine (SGSC)* !

En Occident, 80% des individus seraient intolérants aux laitages et de plus en plus le serait au gluten.

Voici une nouvelle piste à explorer pour soulager de nombreuses maladies ( fibromyalgie, polyarthrite, rhumatismes, migraines, cholestérol, bouffées de chaleur, problèmes
gynécologiques, troubles veineux, dépression, fatigue chronique, maladie de parkinson, autisme, schizophrénie, hyperactivité, et bien sûr toutes les maladies du tube digestif…)
Pourquoi ne pas essayer ?

* voir mon dernier ouvrage aux éditions Jouvence

« Alimentation sans gluten ni laitages

http://www.marionkaplan.fr/crbst_3.html#anchor-top