La pensée-germe

-->

 

 

La pensée-germe

Il n'est rien autour de vous qui n'ait d'abord été une pensée.
Vous ne faites rien que vous n'avez pensé d'abord.
Le moindre de vos gestes naît d'une pensée, chacun des événements de votre vie a sa source dans une pensée. Les fonctions mêmes qui s'accomplissent en nous sans l'aide de la pensée sont influencées par la pensée: votre digestion est gênée par une pensée anxieuse, votre respiration altérée par la simple idée d'une oppression.
Chaque pensée est une graine appelée à germer, à pousser, à fleurir, à donner des fruits.
Or, que font la plupart des gens? Ils agissent comme un jardinier fou qui sèmerait de la mauvaise herbe et s'étonnerait de ne pas récolter du blé.
Vous semez des pensées de pauvreté, de discorde, de maladie, et vous vous étonnez de ne pas récolter tous les bonheurs du monde.

Vous n'êtes pas satisfait de votre existence, de votre verger? Il est envahi par les ronces, improductif, aride? Vous assusez le destin? Au lieu de désespérer, posez-vous sérieusement une question:"Quelles pensées ai-je semées?" Etes-vous certain de n'avoir admis dans votre terrain intérieur que des pensées d'amour, vous qui vous lamentez de n'être pas aimé?
Etes-vous sûr de ne laisser germer en vous qu'indulgence, vous qui vous affligez d'être traité sans miséricorde?
Pouvez-vous loyalement dire que vous avez fait de copieuses semailles de pensées de succès, vous dont l'existence est un perpétuel échec? Tout prend naissance dans notre pensée. Les événements n'ont d'importance que dans la mesure où nous leur permettons de déposer en nous
des pensées négatives, destructives. Connaissez-vous un champion de quoi que ce soit qui se présente à l'épreuve avec la certitude d'être battu?
Les sportifs le savent: après une défaite occasionnelle, il faut prendre une rvanche immédiate, afin de ne pas laisser l'idée de l'insuccès prendre racine. De même, faites bonne garde. Reconnaissez que ceux dont vous admirez la réussite gardent dans les difficultés une espérance inébranlable.

Imaginez votre monde intérieur comme un champ dans lequel chacune de vos pensées va germer.
Contrôlez les sentiments et les idées qui vous traversent:"quels fruits cette pensée va-t-elle donner?"
Lorsque ces fruits ne sont pas de ceux que vous aimeriez cueilir, arrachez sans faiblesse la mauvaise petite graine...Et remplacez-la par la pensée opposée.
Une douce obstination transformera plus vite que vous ne pouvez le croire un désert broussailleux en un verger magnifique.

Marcelle AUCLAIR