La vache et le paon

 

La vache et le paon

 

Une vache paissait bien tranquillement
Quand vint un paon lui faire causette,
Il s'attendait à recevoir un compliment,
Cela lui était dû vu sa gueulette.
La vache paissait inlassablement,
Sans même jeter un regard en cachette.
Le paon fit la roue pour attirer l'attention,
Braillant de tout son souffle sans arrêt,
Rien n'y fit, il ne reçut aucune félicitation,
La vache le regarda avec désintérêt.
Le paon, en colère, criait "léon, léon"
Comme s'il eut fait partie du Panthéon.
Comment était-il possible que cette bête vache
Ne lui fit pas un compliment pour son panache ?
Tout à son aise, la vache vint vers lui et lui dit :
Tu as beau avoir un éventail, tu n'as aucun crédit,
Moi je n'ai qu'une queue mais elle chasse les mouches,
Mes beuglements ne sont jamais louches,
Toi tu criailles à tue-tête, tu ennuies les voisins !
A ces mots, le paon appela tous les sarrasins,
Autres volatiles de son environnement,
Aucun ne répondit à son boniment.
La vache d'un pas paisible lui tourna le dos,
Sachant qu'elle finirait en bon tournedos.

Moralité

Avoir beau plumage et crier bien fort,
ne fait que ravage sans aucun renfort.

 

© Maribel

 

retour.jpg