Isabelle chez la Baronne de Marchepied (humour)

 

Personnage créé pour une amie "artiste"

 

Isabelle chez la Baronne de Marchepied

Voila 25 ans que je suis au service de Madame la Baronne de Marchepied et j'peux vous dire que j'adore mon métier.
Pour me remercier de mes bons et loyaux services, Madame la Baronne m'a offert une nouvelle tenue. Vous ne devinerez jamais, aussi je vous le dis: une robe couleur pomme verte et un joli tablier blanc en dentelles de Bruges.
Madame la Baronne provient de Bruges mais elle a épousé Monsieur le Baron de Marchepied voici 50 ans. Elle est venue vivre à Paris, vous vous rendez compte? Quel changement pour elle!
Madame la Baronne a fait de belles études chez les soeurs de l'assomption, elle y a appris le français,
qu'elle parle parfaitement avec un petit accent du Nord de la Belgique. Moi, j'vous dis, ça lui donne un beau genre.
Moi, j'ai pas pu faire d'études, j'ai du remplacer ma pauvre mère à sa mort. Et quand mon père est parti la rejoindre au ciel comme on dit, j'ai trouvé cette place chez la Baronne de Marchepied.
Rendez-vous compte de ma chance! Je fais tout pour elle. Elle appelle "Isabelle" et je viens l'habiller, tous les midis parce que Madame la Baronne est une lève-tard.
Je la comprends, elle passe ses nuits dans la poésie, il faut lire ce qu'elle écrit: c'est magnifique!
Bien sûr, moi lorsque j'ai un peu de temps, je lis ses poèmes, mais il me faut Le petit Robert, sans cela je ne comprends pas tous les mots.
Lorsque j'ai fini de l'habiller, je lui mets son collier de perles de Majorque, c'est celui qu'elle préfère, il a trois rangs de perles, et les boucles d'oreilles assorties, qu'est-ce que cela a du couter à Monsieur le Baron!
Lui, il va à la chasse tous les jeudis, alors je dois faire briller son fusil, lui préparer sa belle veste anglaise et son pantalon knickers, puis je dois aussi lui cirer les bottes. Vous connaissez la meilleure façon pour faire briller les bottes? Je crache dessus et je frotte, le résultat est plus beau qu'avec du cirage, mais il faut de l'huile de bras et ça j'en ai. Vous comprenez, mon père était fermier, il en avait besoin de bras pour retourner le fumier!
J'suis contente que ça c'est fini pour moi parce que cette odeur elle ne vous lâche pas, même avec du n° 5 de Chanel. C'est le parfum favori de Madame la Baronne, aussi quand je la parfume je fais semblant de me tromper de direction et j'en mets sur moi. Madame la Baronne ne s'en aperçoit pas puisqu'elle sent la même chose que moi.
Chez Madame la Baronne, je ne cuisine pas, ohlala que je suis contente, elle a une cuisinière "chef coq".
Elle cuisine des petits plats à faire pâlir les plus gourmands. Heureusement, parce que moi je ne sais faire ques les potées. Parait que les potées c'est pas bien vu par les invités! Oui,Madame la Baronne reçoit souvent du beau monde, j'aime ça, je peux vous dire.
C'est comme dans les films: le portier avec sa redingote et ses gants blancs ouvre la porte d'entrée, une porte tellement haute qu'il a l'air d'un nain, moi ça me fait rigoler. Il descend les marches, il y en a six, fait un salut au chauffeur et d'un signe de la main, il fait monter les invités.
Madame la Baronne est sur le seuil en compagnie de Monsieur le Baron, il paraît que cela est plus poli d'accueillir les invités à la porte.
Il faut voir ça, c'est rigolo , on s'embrasse, on se sert la main, il y a même des Messieurs qui prennent la main de Madame la Baronne et donne un baiser sur la main, cela s'appelle le baise-main m'a dit Madame la Baronne, mais ça je l'aurais bien deviné toute seule.
Le portier qui est aussi majordome, je me demande bien pourquoi on dit majordome alors qu'il n'est pas dans l'armée, mais ça je n'ai pas osé le demander à Madame la Baronne, fait entrer tout le monde dans le grand salon. Madame la Baronne s'assoit en premier, je ne peux pas dire s'assied, mais ça je ne sais pas pourquoi non plus, ensuite les dames et puis les messieurs.
On appelle ce cirque le savoir-vivre! Moi je savais vivre même quand j'étais à la ferme.
Tous les invités sont parfumés, les messieurs comme les dames, ça fait cocotte vous ne pouvez pas imaginer, mais ça aussi fait partie du savoir-vivre!
Le portier-majordome se tient droit comme un i attendant les instructions de son capitaine, enfin de Monsieur le Baron.
"Servez nos invités, s'il vous plait, Herbert", oui c'est comme cela que s'appelle le portier-majordome-homme à tout faire.
Je ne voudrais sa place pour rien au monde, moi j'attends que Madame la Baronne me demande gentiment "Isabelle, voulez-vous bien servir le diner", et quand ce n'est pas dit gentiment, je n'entends pas. Elle doit redire deux à trois fois pour comprendre qu'elle doit me parler gentiment, elle pense que je suis sourde, mais moi j'entends tout!
Faudrait que vous soyez invités une fois rien que pour voir et entendre.
"Avez-vous vu le nouveau chapeau de la comtesse de Moncini? Je n'ai vu que cela à la messe dimanche, elle était juste devant moi."
"Et la Baronne de la Bouche en Biez, qu'en pensez-vous très chère? Je pense qu'elle a un amant, ne croyez-vous pas?"
Et blablabla et blablabla, ils en oublient de manger! De toute façon, ils ne viennent pas vraiment pour manger les invités, faudrait les voir, c'est sûr qu'ils ne meurent pas de faim.
Ils viennent pour potiner, c'est leur grande passion.
Ensuite vient la lecture des poèmes de Madame la Baronne, ça c'est le moment que je préfère, je peux m'assoir. Madame la Baronne aurait du faire actrice, elle a un talent fou pour réciter ses poèmes qu'elle connait tous par coeur. Et moi qui ne savait même pas retenir "le laboureur et son fils"!
Tout le monde applaudit et ils crient "bravo", "encore", "bravo", pour moi cela peut durer longtemps, pendant ce temps-là, je reste assise.
Vous comprenez pourquoi, je ne donnerais ma place à personne au monde?

Maribel, le 29 avril 2012

 

retour.jpg