Impertinence verbale

 

IMPERTINENCE VERBALE

 

Père Petra une perquisition dans la chambre du Père Ceur qui percevait pernicieusement du Père Cepteur des bons de super potage à la Père Silliade.
Cette affaire perceptible fut perçue par le Père Sonnel, qui appela personnellement Père Sonne les cloches, seul instrument de Père Cussion dans le couvent.

Le Père Colateur fut le premier arrivé, bien sur il devait servir le café à tous les permissionnaires.
Père Fectif se présenta pour l’aider de manière percutante.
Père Fectionniste, d’une voix péremptoire, annonça que tous les permutés devaient directement se mettre sous l’autorité de Père Fusion.

Père Limpinpin, périphrasiste de son état voulait prendre une perspective avec Père Pendiculaire.
C’était sans compter sans le Père Chiste qui vint accompagné du Père Fide et du Père Tinent,
ils perpétrèrent une action à Père Pétuité.

Cette persistance ne plut pas au Père Spicace qui fit appel au grand persifleur, Père Noël.
Il persuada le Père Muté et le Père Ceptible d’avoir un peu plus de personnalité.
Père Méable, très perturbé appela le docteur Père Manganate qui fut très persuasif : perpète si vous ne faites pas sur le champ du super potage à la Père Silliade .

Père Iscope revenant d’un long voyage trouva le couvent en perdition.
Il sonna Père Ipétie qui perclus de rhumatisme périclitait dans son lit.
Le Père Itoine souffrait de péritonite.
Le Père Imé était dans une mauvaise période, la date de Père Emption passée.
Père Iscope ne sachant plus à quel saint se vouer pérora du haut de son péristyle ;
Père Issable et tous les permissionnaires acclamèrent sa périphrase.

Moralité : Père Orer mais avec Père Spicacité

Maribel

retour.jpg