Conte de Noël en l'an de grâce 2012

 

mains510-pour-mon-conte.jpg

 

Myriam et Jéloul vivaient en Palestine depuis leur mariage. Myriam était née en Israël d'une famille riche, elle avait rencontré Jéloul lors d'un voyage en Palestine.
Jéloul était né en Palestine et sa famille était très pauvre. Le mariage n'avait pas fait l'unanimité dans la famille de Myriam, aussi avait-elle été rejetée par ses parents.
Son père était resté intransigeant "on n'épouse pas un palestinien". La maman plus large d'idée avait pourtant du se plier à la sectarité de son époux, espérant qu'un miracle arrive un jour.
Myriam et Jéloul faisaient partie d'un groupe pour l'unification de la Palestine et d'Israël, ils militaient tous deux en distribuant des tracts. Ils avaient été repérés par un groupe pro-palestinien et leur vie était en danger.
Tous deux décidèrent de partir dans un pays libre où ils pourraient continuer à faire changer les idées. Grâce à l'aide d'amis français, ils arrivèrent en France après bien des épreuves. Cela avait fortifié leur amour et leur désir d'unification.
C'est pendant leur traversée que Myriam s'aperçut qu'elle était enceinte. Mon Dieu, qu'allait-il advenir de ce petit ? Elle pria Dieu de veiller sur lui et avec confiance accepta cette grossesse.
L'ami français, Jacques, leur avait trouvé un deux-pièces dans un hlm garni de la banlieue parisienne. Jacques militait aussi pour l'unification de la Palestine et d'Israel, quoi qu'il fut français. Il ne pouvait supporter que deux pays se déchirent pour un bout de terre. Il travaillait à l'ambassade de Palestine et avait réussi à leur procurer un visa de travail.
Myriam avait une place de nurse dans une riche famille juive, cela lui plaisait beaucoup de s'occuper des enfants. Jéloul travaillait dans une usine de montage de fenêtres, c'était ce qui lui convenait le mieux car il était menuisier.
Leur vie devint agréable et ils se firent de nouveaux amis.
Avec Jacques, ils envoyaient des mails dans tous les coins du monde afin d'obtenir le soutien des dirigeants.
Malheureusement, aucun pays n'acceptait de prendre parti pour l'un ou l'autre, les dirigeants ne voulant pas faire ingérence.
La grossesse de Myriam se déroulait bien, elle était en pleine santé. La naissance du bébé était prévue vers le 24 décembre. Cette date les amusait beaucoup tous les deux, ils avaient décidés d'appeler le bébé Yéshua si c'était un garçon.
Un matin, alors qu'il se rendait au travail, Jéloul fut arrêté par trois hommes cagoulés qui l'emmenèrent en voiture. Myriam ne voyant pas rentrer Jéloul à la fin de sa journée de travail téléphona à Jacques. Très vite, celui-ci sut que Jéloul avait été emmené en Palestine par un groupuscule pro-palestinien. Sa vie ne tenait qu'à un fil.
Grâce à internet, Jacques pris des contacts en Palestine, contacts qui confirmèrent que Jeloul était en prison.
Myriam décida alors de retourner chez son père quoi qu'il advint, elle allait le prier d'intervenir auprès des dirigeants israéliens. Elle savait que cela serait très difficile mais elle croyait encore en l'amour de son père pour elle.
Myriam arriva en Israël le 20 décembre et, décidée, se rendit chez ses parents. Tout de suite ceux-ci s'aperçurent que Myriam était en fin de grossesse. Leur premier petit-enfant allait bientôt naitre. Le papa de Myriam ouvrit grand les bras à sa fille tout en pleurant sur son épaule.
Myriam leur expliqua ce qui venait d'arriver et le papa prit le téléphone directement. Myriam ne connaissait pas les relations de son père, mais très vite elle se rendit compte que son père militait aussi pour l'unification des deux pays. Il avait bien changé !
La discussion était longue et la voix du papa montait, mais Myriam n'entendait pas très bien ce qu'il disait.
Le 24 décembre au matin, Myriam ressentit les premières douleurs, le médecin avait bien prévu la date de la naissance.
Vers midi, on sonna à la porte et la maman de Myriam alla ouvrir. C'était Jéloul, le visage défiguré par les coups, la maman lui ouvrit les bras. Après l'avoir soigné, elle le pria de la suivre jusqu'à la chambre de Myriam. Celle-ci malgré ses douleurs, se leva du lit pour se jeter au cou de Jéloul.
"Tu arrives à temps, mon chéri, bébé t'attendait, il nous faut partir de suite à l'hôpital".
Le papa de Myriam prévenu les emmena à l'hôpital avec la maman qui ne voulait pas laisser Myriam seule dans ce moment.
Une infirmière prit Myriam en charge et la conduisit à la maternité priant Jéloul d'attendre.
"Non, dit Jéloul, je veux accompagner ma femme jusqu'au bout, ce bébé est le nôtre."
L'infirmière ébahie ne put le retenir.
C'est une gynécologue palestinienne qui mit le bébé au monde trois heures plus tard.
La famille de Jéloul ayant été prévenue, tout le monde se retrouva dans la chambre de Myriam admirant le nouveau-né.
Le papa de Myriam prit le papa de Jeloul dans ses bras et lui demanda pardon. "Comment pouvons-nous être aussi bornés, dit-il, ce bébé n'est-il pas un miracle à lui tout seul ?"
C'est depuis cette naissance que la Palestine et Israël sont devenus frère et soeur.

Et puis quoi, ne peut-on plus rêver la nuit de noël ?

 

©Maribel, décembre 2012

 

 

retour.jpg