Mon conte de noël

 

Conte de noël façon Maribel

 

En l'an de grâce 2050, Jussef et Maryline décident de quitter leur petit village de la Nasa reth devenue trop bruyante par les envols de fusées nuque les airs.

Le village étant tellement déserté qu'il n'y a plus moyen de trouver un emploi. Ils émigrent en fusée, bien sûr, vers Bethe lez M car Maryline est sur le point de donner naissance à leur premier enfant.

Ils sont accueillis par le maire de la commune qui les installe à l'hôtel Crèche In. Tout le personnel est à leur disposition, on fait appel à Doc Gynéco et Mama Tyner pour veiller au bon déroulement de l'accouchement.

Pendant ce temps, à quelques lieues de là, une bergère qui gardait ses moutons (oui il y en avait encore, le grand méchant loup en avait laissé quelques-uns afin qu'ils se reproduisent pour assurer sa pitance), donc la bergère vit un drôle d'engin descendre du ciel. Elle en avait entendu parler mais n'en avait jamais vu. Un énorme ovni éclairant tout sur son passage, comme les lumières de Las Vegas, vint atterrir sur le sol près d'elle.

Quelques dizaines de petits hommes verts s'éparpillèrent dans la nature. Le meunier (à cette époque-là les gens mangeaient encore du pain et pas des petites pilules roses, donc il fallait de la farine), le meunier, réveillé par la mère Michel qui avait perdu son chat,  vit arriver un petit bonhomme vert qui lui dit : "nous suivez, Linemary un bébé accoucher, premier deviendra du monde président". Le meunier ébahi s'encourut chercher un sac de farine, par habitude, et suivit le petit bonhomme vert.

La petite Chapeaurouge, qui se rendait chez sa mère-grand pour lui porter le beurre et le pain, vit aussi un petit bonhomme vert qui lui répéta la même phrase: "nous suivez, Linemary un bébé accoucher, premier deviendra du monde président". Elle qui ne connaissait que Spiderman et Barbie se laissa emmener par ce gentil petit homme vert et en oublia sa mère-grand, qui fut heureusement nourrie par le grand Chabotté qui passait par là.

A la rivière, un autre petit homme vert rencontra Perrette et son Potàeau qui gentiment se tenaient par la main. Ils ne comprirent pas ce que disait le petit homme vert, mais intrigués, le suivirent.

C'est en se rendant vers l'Ovni qu'ils rencontrèrent Bleuette qui revenait du champ de lavande, sa moisson dans son tablier relevé. Il faut vous dire qu'à cette époque les autos ne roulaient plus au diesel, le pétrole était tari, mais à l'essence de lavande pour lequel Bleuette avait reçu le brevet. Bleuette, très dégourdie, compris qu'il se passait quelque chose de pas normal du tout. Elle en avait vu d'autres depuis qu'elle cueillait la lavande, jamais d'ovni, mais de magnifiques dessins appelés Crop circles. Elle s'adressa au petit homme vert avec un air de propriétaire du terrain: que venez-vous faire dans mon champs?

Le petit homme vert face à cette friponne se fit encore plus petit et lui répéta la même phrase: "nous suivez, Linemary un bébé accoucher, premier deviendra du monde président". Enfin un nouveau président, dit-elle, il était temps car ce monde-ci ne me convient plus. Où donc allez-vous?

Tous lui firent signe de les suivre et ils s'embarquèrent à bord de l'ovni. Bon Dieu, quelle vue, quelle vitesse et sans bruit! Potàeau prit son Lumix de 100 millions de pixels et clic et clic, fit des milliers de photos. Photos qui pourraient lui rapporter beaucoup d'argent en les vendant au plus offrant, car Potàeau était grand reporter chez Tintin, j'avais oublié de le signaler.

L'équipage s'arrêta sur le toit du Crèche In et en un clin d'oeil se retrouvèrent à la porte de la chambre de Jussef et Maryline. Un peu gênés d'entrer en si grand nombre, ils restèrent devant la porte attendant les premiers cris du bébé. C'est alors qu'ils entendirent une petite voix chanter:  "je suis le président de la république, je n’veux plus de guerre rien que de la musique, je veux des gens heureux, d'la joie, plus d'cafouilleux, je mets la paix sur terre et je verse le Sancerre".

La bergère, le meunier, Chapeau rouge, Perrette et son Potàeau, Bleuette et les petits hommes verts tombèrent tous à genoux: "enfin voici celui qu'on attendait, le président de la terre!"

Ils chantèrent tous: allez Lou ah, allez où, allez Lou ah. Ce fut une grande fête dans tout l'hôtel, les uns apportèrent des CD, d'autres des DS, d'autres encore des Wi i,  il y eu même de l'encens, de l'or, et de la myrrhe que l'enfant regarda tout ébloui. Les parents aussi!

Je ne sais pourquoi ce conte à un air de déjà entendu.

Il est vrai que sur la terre c’est un éternel recommencement.

Que la paix de noël soit sur vous tous!

 

Maribel, décembre 2010


 

retour.jpg