Les marins

 

Les marins

Lorsque je pars au loin de mon pays natal,
Découvrant la laideur des villes si hautaines,
Je pense à ces marins et à leurs capitaines,
Voguant vers l'océan dans un départ brutal.

La mer est mon pays, on dirait du cristal.
Sur les vagues blanches que je vois si lointaines,
On ne distingue plus que les mâts comme antennes,
Alors qu'ils s'éloignent du monde occidental.

Jour après jour rêvant de voyages épiques,
Naviguent sur les mers en pensant aux Tropiques,
S'endorment espérant un monde plus doré.

Ils croisent au large des blanches caravelles,
Font monter vers le ciel un langage ignoré,
Espérant recevoir très vite des nouvelles.

Maribel, le 2 juin 2013

 

 

retour.jpg