Poésie

 




Poésie

ô toi la poésie qui me fait tant souffrir
Avec tes sonnets et quatrains, mots à anoblir .
Je t'aime pourtant et de toi je rêve la nuit,
Les mots de ma langue je cherche, rien n'est acquit.

Où êtes-vous Verlaine qui parliez de la pluie,
Tombant sur les toits sans ouvrir votre parapluie?
Maurice Carême votre coeur bat-il toujours
Rythmant celui de votre mère, de vos amours?

Je voudrais comme vous faire chanter tous les mots,
Mais il faut pour cela connaitre toutes les règles,
Ne pas se contenter de rimer les longs sanglots,
Il me faudra cesser d'écrire des mots espiègles.

Je veux toujours t'aimer, Ô toi belle poésie,
Même si souvent ma mémoire est en amnésie,
J'aime semer les mots mais ne suis qu'un amateur,
Mon sonnet diérèse, pardonne mon erreur.

Maribel, le 5 mars 2011

 

retour.jpg