Soir d'orage

 

 

Soir d'orage

Ce soir la terre sent l'orage,
Les feuilles des arbres tremblent
Et la pluie, retenue dans les nuages,
Tombe sur les pavés, incanalisable.
Il pleut sur mon coeur
Comme il pleut sur la plaine,
Aurait pu dire Verlaine.

Le nez à la fenêtre, je regarde
Dans le vide, la pluie tomber sur les toits.
Je suis là, simplement hagarde.
Les éclairs zèbrent le ciel,
Et j'attends, mais j'attends quoi?

Je n'aime pas les soirs d'orage,
Je voudrais enfouir ma tête dans le lit
Et écouter dans mon capitonnage,
Fermant les yeux, ce bruit affaiblit.

Pourquoi cette langueur dans mon coeur?
Ce soir la terre sent l'orage.
De quoi donc puis-je avoir peur,
Ce n'est qu'un long verbiage.
Le ciel est survolté, mon coeur est surmené.

Le silence est revenu, surprise,
De cet orage qui me terrorise.
Demain, il fera beau, chanterons les oiseaux.
La terre nous offrira son plus beau cadeau.
Et puis, le souvenir doucement revient,
Le nez à la fenêtre, j'attendais les miens.

Maribel, le 14 octobre 2010


 

retour.jpg