Terre d'exil

 

exil-p4.jpg

 

EXIL

Ils étaient vingt et cent à partir vers un ailleurs
Qui leur ferait oublier tous leurs tristes malheurs.
Ils n'arrivaient pas tous épuisés par le trajet
Un horrible prédateur les prenant pour objet.

Ils avaient tant rêvé de ces lointains paysages,
Vu sur des prospectus, des dépliants de voyages.
Les gens là-bas avaient maison, auto et travail,
Ne pourraient-ils pas aussi avoir un beau bercail?

Ils étaient vingt et cent au départ de ce beau rêve,
Mais les manipulateurs ne font jamais de trêve.
Ils n'arrivaient pas tous, on leur voulait trop d'argent.

Ceux qui restaient jusqu'au bout étaient largués au vent,
Personne n'était là pour les recevoir, mensonge.
En terre d'exilés, ils n'avaient plus que leur songe.

Maribel, le 28 janvier 2012


retour.jpg