Le neurone (texte de réflexion)

 

Ce texte n'est pas un poème, mais un sujet de réflexion suite à un vécu.

Écrit avec MClaire

 

Un neurone déjanté, Mathieu Lisieuxgrandsfermés et la petite voix intérieure

Le neurone :  pstt où courez vous ainsi ? Je me présente, je suis votre neurone déjanté, votre maladie neurologique ! Un bout de chemin nous allons faire ensemble, et je vous le promets nous allons nous taper de bonnes durites à faire sauter les plombs ! Soyez sûr qu’entre nous le courant passera !

- Vous devez être bien déjanté pour me parler ainsi, êtes-vous un mauvais œil ? J'aime rire mais vous n'êtes pas vraiment drôle à vivre ! Je veux bien disjoncter de temps en temps. Que me proposez-vous ?

Le neurone : - haha, déjanté en effet, j'aime ça, êtes-vous donc de faible résistance ? Craignez vous de tournez de l’œil ?

Mon pauvre ami, il va falloir vous y faire! Les plombs, il va falloir changer souvent! Apprenez que je suis votre court circuit oculaire, nous allons faire des parties de cache-tampon dans le noir ! colin-maillard vous connaissez ?

-Vous savez, les plombs sautent souvent chez moi, j'en ai les yeux qui se ferment, je préfèrerais que vous me changiez tout le circuit.

Je pense d'ailleurs qu'il y a une anomalie dans ce que vous appelez "mon circuit oculaire".

A moins que vous n'ayez, dans votre besace, une nouvelle batterie? Cela pourrait peut-être m'aider, Monsieur le déjanté. Je serais enchanté de recharger mes accus.

- Le neurone: Estimez-vous heureux: vous êtes équipés des antibrouillards et des clignotants à défaut de n'avoir les Yeux de route, il vous faut juste les changer tous les 3 mois auprès du spécialiste le plus proche: le neurologue pour phares aux spasmes, boulevard des accus!

La direction assistée n'est pas comprise dans le package, moi je fournis simplement la notice !

 - Franchement, Monsieur le déjanté, vous ne m'apportez aucun secours, vous avez de l'humour à revendre, mais un remède, vous avez?

Votre neurologue pour spasmes ou je ne sais quoi, je connais. Il m'injecte de l'huile à mes « aî » yeux tous les 3 mois, vous voyez si je perds à l'huile! Je préférerai un remplacement complet du circuit oculaire, n’ai que faire de votre notice !

Le neurone impatient - On ne s'est pas bien compris Monsieur Mathieu Lisieuxgrandsfermés, ouvrez les yeux!  Je ne suis pas le père Noël, je suis votre neurone déjanté !

Je ne suis pas là pour vous arranger la vie mais pour vous la compliquer, par un défaut de câblage dans votre noyau gris, tenez-vous le pour dit! Vous n'avez que ce choix de vivre avec moi cher ami, moins vous m'accepterez plus je vous ferai péter un câble !

-  Cela promet, ce n'était déjà pas agréable quand mes yeux jouaient à la guirlande électrique, qu'est-ce que je vais devenir ? Vous me faites peur ! Si je comprends bien, je dois accepter que vous me faites péter un câble, disjoncter et que vous me pourrissiez la vie, œil pour œil dent pour dent ?

Le neurone s’énerve : Vous imaginez quoi, que je suis là pour vous bercer?  Posez-vous donc la question : pourquoi vous, pourquoi moi? Vous portez si bien votre nom Mr Mathieu Lisieuxgrandsfermés !

- Pourquoi m'avez-vous choisi pour me détraquer mon système oculaire, ça je me le demande! Sortir, conduire, je ne peux plus! Vous pourriez au moins me rétablir le contact visuel. J'ai l'air de quoi devant les gens quand mes yeux papillonnent, ils vont se dire que je leur fais de l’œil ? Jje reste cloitré chez moi à me prendre les portes sur le nez, mais là au moins on ne me voit pas !

Le neurone excédé : allez-vous donc comprendre ? Plus vous vous apitoierez sur votre sort plus de câbles je vous ferais sauter! Je suis avec vous pour un moment, vous avez le choix de me considérer comme votre guigne ou comme votre messager électrique ...

- Dans ce cas, je préfère vous prendre comme messager électrique !

Cher neurone , vous savez quand on souffre, on se sent si seul, on a peur ! Vous m'apportez un regard nouveau, si je puis dire, même s’il y fait tout noir ! Je commence tout doucement à m’y faire et mieux vous comprendre! Bien que cela ne soit chose aisée ! Vos courts-circuits ont réveillé un peu mes cellules, quand bien même vous me secouez beaucoup le noyau !

Le neurone sarcastique :  Ah, vous voilà un peu plus raisonnable, à moins que vous ne pétiez un câble à devenir maso! Mais soyons clairs entre nous, je ne suis pas votre ami, je suis votre MALADIE neurologique et je suis là pour vous faire réagir,  si vous réagissez tant mieux pour vous sinon, cela ne change rien pour moi, j’fais mon boulot c’est tout, et mon boulot c’est de faire sauter les plombs, il s’arrêtera où vous commencerez le vôtre, n’attendez pas de moi d’être ce que je ne suis pas, ni psychologue ni votre petite voix intérieure !

Une petite voix intérieure s’approche … 

-Mathieu, je vois que tu commences à éveiller ta conscience, je vais un peu t’aider, car ce n’est pas ce neurone déjanté qui va t’aider.

Tu dois voir au-delà , la maladie a une raison d’être, je vais même te dire que nous nous fabriquons nos maladies. Nous sommes tous appelés…. 

Le neurone hors de lui :  Mais enfin qui c’est celle là  à te raconter ces sornettes, on ne l’a pas sonné! Elle parle comme dans un livre, c’est à la page combien Mme Jecroistoutsavoir ? Laissez- moi donc m’occuper de mon client, j’ai à faire, et retournez à vos élucubrations !

La petite voix : Mathieu, ne te laisse pas troubler par ce malin, je te disais donc que nous sommes tous appelés à aller vers la Lumière, à l’accueillir en nous car elle est source d’Amour, elle est intelligence pure !

Mathieu : Ce que vous me dites-là fait vibrer mon cœur comme si je le savais de toute éternité mais que j’avais enfoui au fond de moi.

Le neurone va exploser : Tu sens vibrer ton cœur,  ha ha ha , sortez les violons ! C’est le câblage alternatif du cerveau lent qui est défaillant ! Ne te leurre pas, lumière ou non, je reste bel et bien là, je te ferais passer de la confiance à la peur, du courage au désespoir, ne te réjouis pas trop vite !

Mathieu : ce que vous me dites, Monsieur le neurone, ne m’atteint plus, je commence à comprendre ce qui est important pour moi !

 

Le neurone : tiens donc, qu’y a t-il de plus important que moi dans ta vie ? Tu pètes un câble, mon ami, c’est moi la chose la plus importante, je ne te lâcherai pas d’un pouce et si tu veux voir des étoiles, je vais t’en donner de toutes les couleurs.

 

Mathieu : Je vois que nous devenons bien familier mon cher neurone, alors transmettez bien le bonjour à mon hypophyse étoilé, mon cervelet, ma dure mère qui pète un câble, je suis touché de toutes vos attentions mais dites bien à votre petite troupe, qu’entre la peur de la maladie ou la confiance en la guérison, mon choix est fait! Inutile de vous agitez ainsi là-haut, je suis en grève et la porte ne vous ouvrirai plus !

 

La petite voix: Mathieu, je suis fière de toi ! Tu as raison, fais confiance en ta guérison et n’écoute plus les sornettes de ce neurone déjanté !

Si tu l’écoutes, tu donneras raison à ta peur et aux pensées négatives qui étoufferont ton cœur.

Crois en ta guérison comme si elle était déjà là, et c’est un arc en ciel que tu verras au lieu des étoiles promises par ce gogo. On ne voit bien qu’avec les yeux du cœur »

 

 


retour.jpg