Le caché au quotidien

-->

 

 

Le caché au quotidien

Chez l'Homme, l'extérieur et l'intérieur, loin d'être opposés, ne forment qu'un. En effet, la vie intérieure n'est pas contre le corps ou le monde, puisqu'elle est ce qui les relie et leur donne sens. Mais comme on a l'habitude de se méfier de tout ce qui est inconnu, on s'est fait accroire que la partie invisible était quelque chose de suspect et de menaçant.
Pourtant, notre vie quotidienne est tissée de choses inconnues et inexplicables. Par exemple, on ne voit pas comment on fait pour être en vie, pour que batte le coeur, pour que respirent les poumons, que digère l'estomac, que pense le cerveau, que la mémoire se souvienne, les cheveux poussent, les plaies guérissent et le sommeil finisse par nous atteindre.
Il y a décidément quelque chose en nous qui se fait sans notre compréhension et qui est en charge à notre insu - comme de nuit pour ainsi dire.
(Maribel ajoute : soignons donc notre vie intérieure pour obtenir une guérison).


Or, j'y reviens encore, cette chose aussi réelle que secrète a été pratiquement éliminée de leur conscience par les humains bien-pensants et instruits, endoctrinés qu'ils étaient par le scientisme - la science devenue une religion. L'arrogance de cette science-là allait jusqu'à nier l'existence de ce qu'elle ne pouvait voir ni comprendre. Même les gens d'Eglise, emportés par le besoin de contrôler, d'avoir raison et d'être crédibles, ont fini par se méfier de la vie intérieure, pour ne privilégier que ce qui est sûr, clair et autorisé par leur doctrine.

La vie intérieure suspecte
C'est ainsi qu'on aurait fait accroire aux fidèles qu'il fallait refuser toute "inspiration du St Esprit", sous prétexte que ce pouvait être simplement une suggestion du diable "déguisé en ange de lumière".
Toute intuition individuelle, toute évidence intérieure, tout éclairage divin devaient passer par l'Eglise, seule interprète de la vérité et gérante des grâces divines. A cause de cela, la grande aventure libératrice et intérieure, qu'aurait pu et dû être le christianisme, s'est transformée en machine fasciste, contrôlant par la peur et la culpabilité des multitudes soumises.

On allait jusqu'à défendre au fidèle de se nourrir directement de la Source universelle qui l'habitait (que certains appellent Dieu ( Energie pense que la source universelle est Dieu en chacun de nous), car pour être sauvé, il devait au contraire être dirigé par un pouvoir extérieur. Il n'y avait de sécurité que dans l'obéissance aux fonctionnaires du Salut qui ne croyaient qu'aux doctrines établies et bannissaient toute expérience intérieure.
Seul l'extérieur était sûr et vrai - contrôlable.
Ainsi, par la peur et la honte, on culpabilisait systématiquement les consciences, pour ensuite leur montrer la grandeur du pardon divin! Le résultat fut un peuple d'obéissants, une masse de passifs et de craintifs, incapables de se fier à leur guidance intérieure et réduits à s'en remettre servilement aux diktats d'en haut.

d'après Placide GABOURY