Rencontre imprévue

 

ciel-annecy.jpg

Rencontre imprévue

Il est assis devant sa tasse de café,
Regardant la vie autour de lui, souriant
Aux gens qui passent, sans même le voir.
Ils sont tristes et dans le désespoir.
Lui a tout vu, tout remarqué, constaté
Que le monde vit dans l'absurdité,
Il est là pour leur parler de l'avenir,
Leur dire que tout ce qu'ils croient est leurre.
Il prend son temps, ne mâche pas ses mots,
Il prêche la vérité qu'il a comprise
Voici bien longtemps, après bien des tourments.
Ferme la gueule à ton égo, leur dit-il,
Il t'empêche de voir la lumière !
Eux s'arrêtent interloqués, puis intéressés,
Que me veux-tu toi le grand philosophe ?
Je ne veux qu'une chose, leur répond t-il,
Vis, vis ta vie comme si demain c'était fini,
Ne te prends pas pour le roi du monde,
Il y en a un bien plus grand que toi,
Et celui-là ne veut que ton bonheur !
Aime, aime ta vie, aime les autres
Sans regarder ton nombril, car il périra.
Ton coeur qui bat, lui seul survivra,
Crois-le ou ne le crois pas !
Regarde l'arbre, lui ne se prend pas pour le roi,
Il fait son travail d'arbre, il grandit,
Donne ses feuilles pour te donner de l'ombre,
L'hiver, il se repose et loue le Créateur.
Toi, tu bouffes, tu jouis, tu cours
Après qui, après quoi ?
Arrête-toi donc un instant et regarde le ciel,
Les oiseaux, les montagnes, le soleil,
Les vois-tu courir ? Ils ont été créés pour toi,
Prends le temps de les admirer et de remercier.
Sur ces mots, il les quitta , il avait
D'autres gens à voir, une mission à accomplir,
Le philosophe.

 

© Maribel

 

 

 

retour.jpg